Comment faire rimer « transition numérique » avec « exigence environnementale » ?

Pour concilier les préoccupations numériques et environnementales, le Gouvernement vient de publier une nouvelle feuille de route destinée à l’ensemble des acteurs de la vie économique. Voici l’essentiel de son contenu !


Mettre le numérique au service de la transition écologique

La feuille de route publiée par le Gouvernement vise à permettre la convergence des objectifs de transition écologique et de transition numérique.

Destinée à l’ensemble des acteurs des sphères publique et privée (entreprises, particuliers), elle s’articule autour de 3 axes majeurs :

  • informer pour améliorer la connaissance de l’empreinte environnementale numérique ;
  • soutenir la fabrication d’équipements et la multiplication d’usages à même de réduire cette empreinte ;
  • innover, pour faire du numérique un véritable levier de croissance écologique.

Le développement de ces objectifs nécessite la mise en œuvre de divers moyens, parmi lesquels :

  • la mise en place d’un baromètre environnemental des acteurs du numérique, élaboré à partir d’une collecte de données dont la mise en œuvre sera confiée à l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) ;
  • le lancement d’une campagne de sensibilisation sur les pratiques numériques les moins polluantes ;
  • l’accompagnement des startups dites « greentech » à fort potentiel, dont le but est de développer des produits, usages et services inscrits dans le cadre d’une démarche environnementale, en vue d’accélérer leur développement ;
  • le lancement d’appels à projet pour soutenir et développer des solutions innovantes visant à mettre la 5G et l’Intelligence artificielle (IA) au service de la transition écologique.

Source : Communiqué de presse du Gouvernement du 23 février 2021

Comment faire rimer « transition numérique » avec « exigence environnementale » ? © Copyright WebLex - 2021